2006-11-25

Nicox dans Investir

L’action de la société de biotechnologie, dont le cours a été multiplié par trois entre le 1er janvier et le 15 octobre, a encore gagné 42% depuis cette date.

Il est vrai que son produit vedette, l’anti-inflammatoire Naproxcinod (HCT3012), est prometteur. Il a montré de très bons résultats dans une première étude de phase III et une grande sécurité cardio-vasculaire chez les patients hypertendus souffrant d’arthrose. Il vient de recevoir un avis favorable des autorités européennes (EMEA) et surtout américaines (FDA), pourtant très précautionneuses après le retrait (pour effet secondaire grave d’hypertension) de l’anti-inflammatoire Vioxx de Merck. Les deux institutions n’imposent pas à Nicox d’études complémentaires sur les risques cardio-vasculaires.

Le potentiel de chiffre d’affaires de Naproxcinod, qui pourrait entrer sur le marché en 2009, est estimé par les analystes, en pic de ventes (de 2012 à 2014), à environ 2 milliards, mais pourrait atteindre 4milliards, s’il se substituait, en valeur cumulée, au Vioxx de Merck et au Celebrex de Pfizer (mêmes risques que Vioxx). Nicox dispose d’une trésorerie d’environ 90 millions, qui lui permet de poursuivre seul ses autres études coûteuses de phase III pour le Naproxcinod.
Ainsi, le taux de royalties sur les ventes futures qui sera négocié lors de la signature d’un contrat de licence ou de commercialisation pourrait monter selon les experts à 15 % (contre traditionnellement 10 % en fin de phase II).

En outre, le risque d’échec est faible, à la fois parce qu’un médicament en phase clinique III a une probabilité de réussite de 65 %, mais également par le fait que le nouveau médicament est constitué d’une greffe d’oxyde nitrique sur un principe actif connu, le Naproxène.

« Le cours actuel de 17 € intègre une probabilité de réussite de Naproxcinod de 65 %, un taux de royalties de 10 % et un potentiel de ventes de 2 milliards. Si on table sur une probabilité de succès de 90 %, le titre vaudrait, par actualisation des flux, 25 €. Dans l’hypothèse d’un taux de royalties de 14 %, il en vaudrait 32 et même 40 si l’on estime, de plus, que le potentiel de vente est de 4 milliards », explique Julien Lepage, directeur général de la société de gestion Amiral Gestion.
A. B.

Notre conseil précédent de prise partielle de bénéfice à 16 € après le bond de 500 % de l’action n’entame pas notre conviction positive sur le titre, d’autant que le capital très ouvert de Nicox pourrait favoriser une OPA. Ceux qui n’ont pas d’actions pourront encore acheter dans une optique spéculative avec un objectif de 21 €.

1 commentaire:

padrixe (manolito) a dit…

merci pour toutes ces infos