2008-12-06

JDF Hebdo : Le pari de Nicox est sur le point de s'avérer payant

Les dernières études sur la molécule phare du groupe, le Naproxcinod, confirment le potentiel du produit

Les nouvelles se suivent et se ressemblent pour Nicox. Alors que la société de biotechnologies niçoise avait connu plusieurs passages à vide dans le développement de sa molécule vedette, le Naproxcinod, en 2002 et 2003, l'année 2008 semble être celle de tous les succès pour son principal produit en développement.
Ces dernières semaines, Nicox a en effet publié plusieurs études cliniques de phase III satisfaisantes. Des chiffres positifs sur le profil de risque et sur l'efficacité du traitement ont en effet été rendus publics en octobre et en novembre. De quoi faire s'envoler le cours de Bourse de ce titre traditionnellement très volatil. L'action Nicox a gagné 40 % en un mois. Il faut dire qu'avec l'avancée du développement de la molécule les attentes se sont faites de plus en plus fortes.
Un profil de risque intéressant
Le Naproxcinod est un produit développé par Nicox depuis 1998, s'appuyant sur un procédé innovant : la libération d'oxyde nitrique. La principale innovation du produit, destiné au traitement des signes et symptômes de l'arthrose de la hanche et du genou, tient aux moindres effets secondaires présentés par rapport aux médicaments déjà commercialisés. Les dernières études confirment d'ailleurs ce bon profil de risque. Mais, dans un secteur marqué par une forte sévérité des autorités sanitaires et de santé, la prudence reste de mise. « Il faut attendre l'analyse statistique finale, qui peut encore réserver des surprises, commente Rodolphe Besserve, analyste à la Société Générale. Ces études semblent confirmer la capacité du Naproxcinod à abaisser légèrement la tension artérielle par rapport au Naproxen (Ndlr : molécule de base du Naproxcinod déjà commercialisée). Mais je pense que ce n'est pas suffisant pour justifier d'un remboursement et représenter un potentiel commercial attrayant pour unpartenaire pharmaceutique. »
Dès lors, l'objectif de 1 milliard de dollars de ventes affiché par Nicox apparaît bien ambitieux. Tout dépendra de la qualité du futur partenariat de commercialisation que parviendra à signer la société de biotechnologies. « Nous avons plusieurs discussions en cours, assure Michele Garufi, P-DG de Nicox. Nous étudions les meilleures propositions car de ce choix dépendra la réussite du produit. » Quel qu'il soit, celui-ci devra intervenir rapidement car Nicox souhaite sceller cet accord avant le dépôt de la demande d'homologation, prévu pour l'été 2009. Sans quoi le groupe risquerait de se rerouver seul pour le lancement de son produit, un nouveau risque qu'il peut difficilement prendre.

Un « pipeline » fort de neuf autres projets :

Si le nom du prochain partenaire pour la commercialisation du Naproxcinod suscite la plus grande attente de la part des investisseurs, Nicox profite déjà d'accords pour le développement de ses autres produits en portefeuille. Son pipeline compte pas moins de neuf projets. Alors que le Naproxcinod a été développé et financé en interne pour « garder et profiter de toute la valeur ajoutée du produit », selon la direction, Merck et Pfizer, acteurs reconnus de l'industrie pharmaceutique, accompagnent depuis plusieurs années la société niçoise.
Les projets les plus prometteurs concernent l'ophtalmogie, domaine dans lequel Nicox collabore actuellement avec l'américain Pfizer. La déconvenue a cependant été forte en mai dernier sur une molécule en phase II de développement, le PF207, destinée au traitement du glaucome. Les résultats cliniques décevants ont amené Pfizer à annoncer qu'il n'entamerait pas les essais de phase III. Un autre projet prometteur est en cours avec Merck, mais encore en phase précoce de développement. Ces partenariats assurent à Nicox des paiements d'étape indispensables à la poursuite de son activité. A la fin de l'année, sa trésorerie devrait rester confortable, autour de 100 millions d'euros.

OLIVIA DERREUMAUX | JDF HEBDO le 06.12.2008

1 commentaire:

coxinoble a dit…

le lien

http://www.jdf.com/basemedias/getpdf.php?file=6315-ALL.pdf

lire page 36 et 37