2008-10-26

Compte-rendu réunion NicOx-AmcOx du 20 octobre

J'ai eu l'opportunité de participer à cette réunion et de discuter ensuite avec Michele Garufi et certains AmcOxiens que je salue au passage. Plutôt que de vous faire un résumé, je préfère laisser la parole à Big_Eric (AmcOxien et forumeur Boursorama) qui a rédigé un excellent compte-rendu et qui m'a autorisé gentiment à le reproduire ici.

"Le parti pris de ce post est d'être le plus exhaustif possible de ce qui s'est dit lors de la réunion du 20/10, pendant laquelle Nicox a accepté de répondre aux questions posées par une centaine de membres de l'Amcox.
Ce qui suit correspond à ce que j'ai pu noter à la volée sur mon PC et de ce dont je me souviens, complété de quelques points relevés par d'autres membres Amcox.

Il s'agit de mes prises de notes, et non de déclarations officielles de Nicox. Les imprécisions ou erreurs éventuelles sont exclusivement de mon fait.

J'ai suivi le déroulement chronologique, sauf qq points que j'ai regroupés par thème.

** Synthèse **
- pas d'éléments nouveaux, bien sûr
- présentation claire et didactique
- éclaircissements sur le partenariat (quelle logique à l'oeuvre)
- précisions sur le plan de développement / pharma intégrée (le pragmatisme commande, même si une vision forte est à l'oeuvre)
[personnellement, ma confiance est renforcée, essentiellement par la qualité de l'équipe dirigeante, la clarté de la vision et la qualité du pilotage managérial]

** Déroulement **
Petit mot d'intro/remerciements par Olivier, puis séance de Q/R par MG ; il avait préparé ses slides (classiques), mais très vite les Q/R ont pris le dessus, un peu dans le désordre ; le gros de la session a été consacré au naproxcinod. Durée totale ~2H.

** Impression générale personnelle **
L'équipe dirigeante de Nicox est très pro ; la communication est précise, mesurée, nuancée ; la détermination est totale ; on sent une grande intelligence et une très grande expérience
--> l'équipe inspire une grande confiance
De plus, MG est bon orateur, détendu, vif, il plaisante.
--> mine de rien, cela compte énormément : pour la qualité de son leadership vis-à-vis de ses équipes, mais aussi dans la négo des partenariats.


** Intro **
Rappel MG sur les règles en matière de communication financière, et sur sa volonté de les suivre à la lettre. Cela reviendra plusieurs fois par la suite : pas de rétention d'indo ; dès qu'on a l'info on la publie, et tant pis ou tant mieux pour les conditions de marché ce jour-là ; l'AMF nous contrôle (quand avez-vous eu l'info ? quand publiez-vous ?). Par ailleurs MG rappelle que tant que l’encre n’est pas sèche, tout peut changer à la dernière seconde, particulièrement en matière de partenariats. Nicox ne peut donc rien communiquer qui ne soit absolument sûr.

** MG présente son équipe **
- Castaldi, chez Nicox depuis 10 ans
- Sharma, responsable pour les US, lancera le naproxcinod aux us avec un partenaire. Son activité actuelle = pré marketing scientifique et commercial, faire connaître, tous les congrès, tous les contacts avec les partenaires, évaluation des produits candidats à un rachat par Nicox, suivi des études cliniques naproxcinod aux US. Au passage, on apprend que MG et Sharma s'envoient des mails à 4h ou 5h du mat'. Visiblement, ils sont à fond !
- Pfister, Chief Scientific Officer depuis 1 an (ex Novartis, a notamment bossé sur les anti inflammatoires)
- MG himself, bosse depuis 1978 (30 ans d'expé, chimiste de formation)

** MG présente rapidement Nicox **
- Apax et Sofinova au début
- 135 pers au total : 50 pers à milan recherche, HQ depuis 10 ans à Sophia 70 75 pers, Warren dans le NJ ~10 pers
- question sur le labo en Italie / bénéficier du crédit impôt-recherche en FR ? il y qq avantages en Ita mais moindres qu’en France ; toutefois la filiale permet de remonter 2M€ en crédit impôt recherche sur les comptes en France. Cela dit les plus gros coûts sont sur le développement (FR et US), donc incidence de la localisation de la recherche en Italie faible.
- MG présente son projet de toujours : créer une société pour la faire grandir, pas pour la vendre à CT
- Depuis 4 ans, la recherche est ciblée dans 2 domaines anti-inflammatoires et domaine cardio-métabolique
- Actionnariat :
- au dernier pointage (3 mois), les individuels représentaient 30% du K
- OFI : sa participation était détenue dans 20-25 fonds ; certains fonds vendent sur injonctions de leurs clients, pas le choix ; certains fonds vendent mécaniquement sans regarder ce qu'il y a dedans ; mais OFI en tant que tel réitère sa confiance à Nicox

Q : Quid du volume ces derniers mois ? Nicox pourrait descendre à 3,30 graphiquement, et être très vulnérable (~150M€) ?
MG : on a peu d’armes sur ces phénomènes ; alors on se concentre sur le developpement du napro et le delivery on time de nos engagements.

Q : OPA hostile ?
MG : les grandes sociétés n'ont pas intérêt à mal se comporter avec les petites biotechs, car elles se grillent toutes leurs coopérations futures avec les autres

Q : N'aurait-il pas fallu un partenariat plus précoce ?
MG : on aurait bien aimé ! On n’est pas trop grourmand : nos demandes sont normales [à l'appui, MG rappelle qu'il a personnellement négocié 500 accords de licence pendant sa carrière ; il certifie que les prétentions Nicox sont raisonnables]. Mais le domaine thérapeutique est très sensible, et il y a eu bcp d’échecs avant. Les partenariats sont soit très précoces, soit quand les jeux sont faits. Les partenaires préfèrent payer bcp plus cher mais être sûrs de l’absence de risque. Certaines sociétés pas intéressées avant sont venues après la 302 ; certaines sociétés sorties reviendront en janvier.

Q : votre ambition de pharma intégrée ne fait-elle pas obstacle à un partenariat ?
MG : Non aucun labo n’est hostile à l’idée de partager la commercialisation. Ce n'est pas le pb. Le sujet c’est la maîtrise des risques. Dans un partenariat précoce, le partenaire contribue bcp au programme de recherche et gère le risque lui-même. Les partenaires veulent éliminer les risques, surtout avec la crise ; beaucoup nous ont dit : « le profil est intéressant, mais on préfère attendre la fin des études ».

Q : quel serait le deal idéal ?
MG : 75% du profit viendra des US ; Sharma : le meilleur deal serait celui qui nous aiderait à nous transformer en pharma intégrée
Q : vos critères de choix d’un part. ?
Sharma : un partenaire qui aime le produit. Même vision que nous sur le produit, donc stratégie partagée. L’idéal serait de partager l’effort commercial aux US, tout en maîtrisant les risques, afin de maximiser nos bénéfices.

Q quel serait le rôle du partenaire pour l’accord FDA ? un part US serait-il meilleur ?
Pfister : pas vraiment, pas de différence au niveau des stats. Le plus important est d'avoir mené les études aux US. + très bonne relations Nicox avec FDA. Nous avons mené le programme à la lettre selon leurs recommandations, en allant même parfois plus loin que leurs demandes.

Q de Philippe : votre discours sur l'absence d'élévation de la PA a été mal compris...

R : le graphique qui montre le lien hausse de la PA, hausse des effets CV provient de l'association des cardiologues US ; ce graphique mal connu, en fait, par les analystes (McGarry ne le connaissait pas), et même par certains médecins.
En fait, on devrait dire que le NO annule les effets négatifs (detrimental effects) des AINS sur la PA.
Pour le moment, on communique sur des valeurs moyennes, mais on garde des analyses plus détaillées pour la suite... Par ex. les résultats sur le sous-groupe hypertendus viendra avec la 304 [mais ne sera pas nécessairement publié, ie peut-être réservé sous confidentialité au(x) partenaire(s)].
Sharma : parfois, peu est mieux que beaucoup ! [ou plutôt "trop d'info tue l'info"] ; "mettez-vous à la place du patient / du médecin : préférez-vous recevoir / délivrer un message compliqué sur les bénéfices/risques liés à la PA, ou un message simple "it will not do you any harm" ?

PhV : le NO a d’autres effets positifs dans le domaine CV que la seule réduction de la PA
R : tout à fait, les études de ph IV avec le partenaire pourront apporter des éléments (tq effet de réduction de l'aggrégation plaquettaire)

Q : date des résultats 303 et MAPA111, 112 ?
MG : c’est pour la fin d’année, mais ce n’est pas précis à 2 jours près. Il suffit par exemple qu’un relevé de résultats d’étude établi pour un patient soit incomplet sur le plan administratif pour que l’on perde 15 jours à joindre le médecin pour lui faire compléter les éléments manquants. Dès que nous avons les résultats complets [de la part de notre prestataire indépendant – Contract Research Organisation], nous nous enfermons quelques jours dans un hôtel pour rédiger le communiqué, et il sort dès qu’il est prêt.

Q : si Obama élu et plan/santé mis en oeuvre, quel impact de la réforme du système santé US ?
MG : c’est sûr, US va faire de + en + attention au prix des remboursements. Mais le patient paye aussi une partie de sa poche. Donc même s'il y a peu de prescriptions, il est possible d'avoir un bon pu et donc une grosse part de marché valeur, cf le celebrex

Q : quelle est la taille du marché ? celui des AINS seulement, ou plus généralement des antalgiques ?
R : le marché OTC (over the counter) est 3 fois plus gros que le marché prescriptions (2,5MM$). Le marché des prescriptions avec le Vioxx et Bextra était de 7MM$.

Q : quel est le profil marketing du naproxcinod sur le thème des effets GI ?
R : à l’époque, AZ en faisait son critère principal, et se comparait au vioxx ; le naproxcinod n'était pas si bon. D'où l'arrêt, et d'où leur partenariat sur le PN400. On a de bonnes données sur le profil GI du naproxcinod, mais on veut surtout jouer là où on est fort [profil PA].

Q : alors, vous avez l'air plutôt confiant ; faut-il redouter la FDA ? risqué ?
MG : ce n’est jamais une formalité ! [dit par ailleurs lors d’une conf call analystes, Nicox considère que le naproxcinod est enregistrable en l’état, sur la base 301+302 ; GS, dans son étude d’août, l’indique aussi, sur la base de la seule 301 ; enfin, les résultats 303 en cas de succès sur la hanche, permettront d’obtenir l’accord de la FDA sur l’arthrose en général, çàd pas seulement le genou ou seulement la hanche, mais bien tous les types]

Q : procédure FDA accélérée ? le vioxx l'avait eue ?
MG : a priori pas envisageable pour le naproxcinod.

Q : le PN400 ?
R : la FDA est revenue sur critère principal de leurs études (AZ/Pozen veulent faire de la sécurité GI leur claim principal). On ne craignait pas trop cette molécule, car on savait que la mesure d’incidence d’ulcères ne satisfait plus la FDA.

Q : y a-t-il le même risque pour Nicox ?
R : non, l’objectif primaire du naproxcinod est l’efficacité [atteint]. La sécurité est un critère secondaire, donc la PA ne figure que dans les effets pharmaco dans la notice. Nicox ne veut pas en faire un claim.

Q : extension du brevet du naproxcinod ?
R : la loi US autorise jusqu’à 5 ans. Les 2 avocats conseils sont très optimistes sur extension possible de 5 ans. On le saura au moment de la délivrance de l’autorisation [courant 2010].

Q : les MAPA ?

R : les tailles d'échantillons ne sont pas calculées pour produire des résultats statistiquement significatifs. Les objectifs sont plus qualitatifs que quantitatifs [mes notes sont incomplètes ici].

Q : quid du 4016 pour le traitement du cancer du colon ?
R : dans les études, Nicox a découvert un métabolite spécifique ayant un potentiel théorique mutagène, lié au pont chimique entre le NO et la molécule d'origine. Nicox a fait un choix d'allocation de ressources sur les projets les plus prometteurs (il aurait fallu 1 an de tests additionnels pour valider ou pas ce risque théorique). Le brevet était très raccourci… alors tant pis. On a d’autres idées... Le domaine oncologique pourrait par exemple donner lieu à une spin-off. NB : ce pont chimique n'est pas utilisé dans les autres NO-molécules [ouf !].

Q : Nicox trouvera-t-elle le cash pour se transformer en pharma intégrée ? le private equity est asséché, et les partenaires ont-ils du cash ?
MG : si le dossier est bon (bon partenariat, plan de développement clair), même dans de mauvaises conditions de marché, on peut lever de l’argent. De plus les pharmas ont bcp d’argent et ne trouvent pas de produit, donc pas de pb. La difficulté pour les pharmas n'est pas l'argent mais les bons produits ! Et puis on s'adaptera, si le partenaire n’a pas de cash, et bien il nous vendra ses mol à ½ prix !!!
Castaldi : et il y a d'autres moyens que AK pour lever cash : par ex. private equity non dilutif [prêt ? SVP si qqn a mieux compris que moi ?] en échange de royalties, mais ce serait dommage car ça nous coûterait plus cher.

Q : quand mettre en place la force de vente ?
Sharma : Field force hired & trained 3 to 6 months before launch. Ready to act when the authorisation comes.

Q : Pfizer ?
R1 : Pfz veut défendre le celebrex jusqu'en 2014 ; prendre le napro c’est se tirer une balle dans le pied. Donc pas intéressés.
R2 : le partenariat Pfz sur l'ophtalmo : la relation est « fan-tas-tique » [!!!]
Le Xalatan fait 1,6 MM$. Pour le remplacer, Pfz avait défini un objectif très très ambitieux. Les résultats du PF207 n'étaient pas à la hauteur.
Pour autant, les résultats du PF207 sont quand même meilleurs que le leader du marché. Pfz admet que le pdt est enregistrable. Et même Pfz aide nicox à réfléchir à une phIII !!! Le PF207 pourrait entrer en ph III en 2009, et viser un dépôt amm 2011.
Tout est ouvert, mais cash is king, Nicox ne peut pas tout faire elle-même. Pour le moment c’est Pfz qui a le droit de sous licencier le pdt, mais contre royalties à nicox.
L'intérêt business de ce produit est qu'il faut une field force de moins de 100 visiteurs médicaux aux US pour un tel produit (seulement 10000 médecins aux US qui peuvent le prescrire, dont 5000 spécialistes).

Q No statine ?
R : NCX6560 prometteur = même baisse ldl cholesterol que atorvastatine chez l’animal, avec plein d'autres effets positifs. Maintenant il faut passer chez l'homme selon un protocole rigoureux (dose unique, puis dose répétées, etc...)

Q : Timing sur le partenariat sur le NCX6560 ?

R : a priori, fin de phase 2a (après le proof of concept chez l'homme)

Q Topigen ?
R : résultats début 09 ; projet plus innovant/risqué que napro ou pf207. C'est un vrai pari. Pour Nicox c'est un upside. Pour Tpi, ils jouent gros, c'est très risqué. Il y a un très gros potentiel de marché adressable. Si les résultats sont ok, TPI devra trouver un gros partenaire pour réaliser ensemble la fin des études et la commercialisation.

Q Ferrer ?
R : le développement est lent... le risque est bas.

Q Merck ?
R : [Merck a mis les grands moyens] on travaille sur plusieurs molécules, afin de sélectionner le meilleur produit pour l'entrée en ph2. Bcp d’enthousiasme chez merck.

Q Orexo ?
R : lors du rachat de biolipox, orexo n'a pas repris la molécule Nicox. Nicox considère le pdt comme mineur. [donc arrêt]

Q valorisation ?
R1 : le marché valorise bcp plus les boites qui ont des produits concrets avec des ventes sur le marché (exemples donnés de valo de petits labos aux US). Le marché est prêt à payer bcp pour du concret.
R2 : par ailleurs, MG a rappelé qu'il détient 1M actions ; qu'en 7 ans il n'a vendu que 40K actions ; donc qu'il comprend fort bien l'état d'esprit actuel des actionnaires...

Q : cotation au Nasdaq ?
R : ce n’est pas prévu. C’est lourd à réaliser, contraignant, et cela n’apporte finalement pas grand-chose.

Q : Nicox pourrait-elle utiliser son cash pour racheter ses propres actions ?
R : non, le cash dispo est exclusivement réservé au financement des projets et du développement de l’entreprise"

Propos recueillis par Big_Eric

1 commentaire:

Micro CD a dit…

Merci ! bon boulot et du concret...plutot que des rumeurs..
Luc Deglin
http://evsinfo.bloguez.com/